Gris

Gris

Le temps est gris 
Les gens aigris 
Le vide se ride 
Les griffes s’agrippent 
Dans la folie qui tourbillonne 
Moi je frissonne et je me pomme 
 
Je vois passer les gens aigris 
Les gens moroses 
Les petites poses 
De tous ces gens qui font semblant 
Qui jouent un rôle 
Par peur qu’on frôle 
Leur vraie nature, celle qui est pure 
Celle qui pourrait croiser injure 
Car dans ce monde, étrange en somme 
La gentillesse fait peur c’est drôle 
Quand ils la croisent ils sont moqueurs 
Pour eux c’est mieux de cacher son cœur 
De vivre la vie de quelqu’un d’autre 
D’oublier qui on est, entre autres
 
Le temps est gris 
Les gens aigris 
Le vide se ride 
Les griffes s’agrippent 
A une vie, digne d’un bal 
Les masques défilent, les rires se forcent 
Ils dévisagent ou bien ignorent 
Camouflent encore un peu plus l’écorce 
Ne pas faillir, ne pas faiblir  
Rentrer le ventre, bomber le torse 
Etre le plus fort, être le plus drôle 
La plus jolie, la plus sexy 
La compétition s’amorce, les liens divorcent 
Quand dansent les mornes apparences 
 
Le temps est gris 
Les gens aigris 
Le vide se ride 
Les griffes s’agrippent 
Dans la folie qui tourbillonne 
Moi je frissonne et je me pomme 
Dans la folie qui tourbillonne 
Le doute résonne et je m’étonne 
De voir passer ces gens aigris 
Ces gens moroses, et leurs petites poses 
Dans la folie qui tourbillonne 
Moi je me sens parfois bien seule 
 
 


 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 24/04/2013 par Ingrid Barbier 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×