Mélancolie

Mélancolie

Mélancolie mélancolie 
Quel triste ennui 
De vivre sans envies 
Mélancolie mélancolie 
Un vide se crée 
De vivre à moitié 
 
Mélancolie mélancolie 
Dans le passé 
En rêve vers l'après 
Mélancolie mélancolie 
Pas maintenant 
Fuite du temps présent 
 
C'est un paradoxe qui s'expose 
Et l'on souhaiterait que tout explose 
Que cette lassitude parte enfin 
Et que l'on parvienne à vivre demain 
 
Maintenant c'est fini l'enfance 
Et nous faisons bien la différence 
D'abord plongé dans l'innocence 
Puis immergé dans l'indifférence 
 
Avant quand une peur survenait 
Sous la couverture on se cachait 
A présent c'est plus compliqué 
La peur est en nous et l'on se hait 
 
Retrouver cette simplicité 
N'est pourtant plus voeux d'actualité 
Nostalgie d'une enfance perdue 
Souhait d'une vie d'adulte pleinement vécue 
 
Mélancolie mélancolie 
Quel triste ennui 
De vivre sans envies 
Mélancolie mélancolie 
Un vide se crée 
De vivre à moitié 
 
Mélancolie mélancolie 
Dans le passé 
En rêve vers l'après 
Mélancolie mélancolie 
Pas maintenant 
Fuite du temps présent 
 
Témoin des tristesses de la vie 
Le spleen nous tient souvent compagnie 
Pour fuir les vrais monstres d'aujourd'hui 
Il faut lutter et sortir du lit 
 
Envahi du manque de confiance 
Pour nous et les autres quand on y pense 
Il est difficile d'avancer 
La tête tournée vers le passé 
 
Décidé à prendre la route 
Et à surmonter nos peurs et doutes 
Il nous arrive d'être impatient 
Mais il faudra prendre notre temps 
 
Pour vivre enfin sereinement 
Sans se soucier des peines et tourments 
Pour marcher face au temps présent 
En chantant et toujours souriant 
 
 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 18/01/2009 Par Ingrid Barbier 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×