Textes - Thème : Réflexion

Fin et commencement

Fin et commencement

Tristesse et merveille 
Mélopée et ode sereine 
Sur le monde elle veille 
Sur les tombes elle peine 
 
Songeresse et promesse 
Rêveuse et réelle 
Elle se presse en finesse 
Comme une veuve perpétuelle 
 
Elle est fin et commencement 
Elle est joie et tromperie 
Elle sourit et elle ment 
Elle prive et elle nourrit 
 
Lucide et pensive 
Mécontente et réjouie 
Elle mord, incisive 
Elle console les soucis 
 
Ténébreuse et lumière 
De bonté elle inonde 
Profonde et légère 
Elle offre et elle gronde 
 
Elle est fin et commencement 
Elle construit puis dissipe 
Elle sourit et elle ment 
Elle crée et puis vide 
 
Mystérieuse et rieuse 
Elle est sort et grigri 
Destinée et veilleuse 
Elle est mort, elle est vie 
 
 


Tous droits réservés par Ingrid Barbier 
Chanson écrite le 22/06/2009 par Ingrid Barbier

On perd notre temps

On perd notre temps

On perd notre temps à ne pas vivre 
A échouer dans nos dérives 
On perd notre temps à ne pas vivre 
Les yeux fixés sur l'autre rive 
 
On attend alors qu'il arrive 
Le grand bonheur qu'il nous délivre 
On veut atteindre l'autre rive 
Celle que l'on imagine active 
 
Mais on se laisse emprisonner 
Blasés, par notre passivité 
On veut se sentir exister 
On ne fait qu'attendre et rester 
 
Mais on se laisse empoisonner 
Stressés, par l'immobilité 
On veut réagir et vibrer 
On ne fait que rêves et veillées 
 
On perd notre temps à ne pas vivre 
A échouer dans nos dérives 
On perd notre temps à ne pas vivre 
Les yeux fixés sur l'autre rive 
 
On ose croire qu'on ne vaut la peine 
On se méprise dans notre haine 
Pour des cons qui se croient sans veine 
Et qui se cachent par peur d'une scène 
 
On est pas potiches d'intérieur 
Ni un casse-croute pour le 4 heures 
On doit mériter les honneurs 
Ou sinon qu'ils aillent voir ailleurs 
 
Un jour on perdra cette patience 
On trouvera qu'elle n'a plus de sens 
Ils pourront vouloir notre présence 
La crier et trouver, absence 
 


 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 03/05/2009 par Ingrid Barbier 

Nostalgie

C'est de la Nostalgie

Je divague dans les songes éprise 
Je m'accroche à ces souvenirs 
J'y ajoute quelques éléments 
Que l'on pourrait vivre maintenant 
Il me caresse du bout des doigts 
Parcourt assidu tout mon moi 
Me regarde, me prend par la taille 
Je l'aguiche et il s'encanaille 
 
C'est pas de l'amour 
C'est de la nostalgie 
C'est pas de l'amour 
C'est juste un répit 
Face à la confiance 
Qui trop usée fuit 
 
Je me rappelle des mots d'amour 
Qu'il employait avec bravour 
Ces mots que l'on pense sur l'instant 
Mais qui ne dépassent le seuil du temps 
"Nos âmes vibrent sans toi j'ai peur" 
"Tu es ma vie sans toi je meurs" 
Oh mais non, rassurez-vous 
Sans moi il vit bien malgré tout 
 
Je ne suis plus amoureuse 
Si ce n'est de tous ces mots 
De ces paroles langoureuses 
Qui ne m'ont pas rendue heureuse 
Mais qui me réconfortent parfois 
Lorsque lassée je doute de moi 
 
C'est pas de l'amour 
C'est de la nostalgie 
C'est pas de l'amour 
C'est juste un répit 
Face à la confiance 
Qui trop usée fuit 
 
 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 14/04/2009 par Ingrid Barbier

Ils sont là

Ils sont là

ça y est, ils sont là 
C'est sûr ils viennent pour moi 
Je les ai vu arriver 
Une démarche chaloupée 
A petits puis grands pas 
Ils ont l'allure ma foi 
Mais qu'est ce que je vais faire 
Pas de possible marche arrière 
Ils arrivent bien trop tôt ! 
Oh puis zut allez go ! 
 
ça y est, ils sont là ! 
Je ne peux pas nier être là 
En plus je n'ai pas rangé 
Mais qu'est ce qu'ils vont penser 
 
Je n'ai rien accompli 
De la liste rien fini 
Ni d'ailleurs commencé 
Oui cette liste vous savez 
Que l'on se fixe en tête 
Pensant qu'un jour peut-être 
Enfin libre elle serait 
Pour de nouveaux projets 
Mes les premiers sont là 
Comment leur dire tout ça 
 
ça y est, ils sont là ! 
Je ne peux pas nier être là 
En plus je n'ai pas rangé 
Mais qu'est ce qu'ils vont penser 
 
Ils arrivent dans ma vie 
Et je n'ai rien à offrir 
Pas de galerie photo 
Premier projet perso 
Mon cup of sereni'tea 
Ne sera pas servi 
Mes contes et mes romans 
Plus idées qu'existants 
Même pas de CDI 
Ni même un petit nid 
Pas de maison à la mer 
Pas la joie d'être mère 
Ils arrivent, ils sont là 
Et il n'y a que moi 
Pas de mari aimant 
Il prend vraiment son temps 
A dû perdre sa boussole 
Qu'il me trouve à clef de sol 
Sans perdre la boussole 
Que l'on prenne notre envol 
 
Effrontés ! Ils sonnent là ! 
Qu'est ce que je fais ? Je n'ouvre pas ! 
Ils ont l'air rigolos 
Ils ont même un cadeau 
J'ouvre sans plus perdre de temps 
Bienvenue mes 30 ans. 
 


 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 24/04/2009 par Ingrid Barbier

Move

Move

 

Aujourd'hui ça n'va pas

Tout semble partir en éclats

Pourquoi donc cette colère

Qui donne envie de tout perdre

ça ne tient qu'à un fil

Et tous les reproches défilent

Des reproches qu'on s'inflige

Des reproches qu'on s'exige

Alors pour éviter ces larmes

Qui coulent le long des drames

Il n'y a qu'une chose à faire

A faire et à refaire

 

You're tired of these stories

Move move move you

Your life will seem ridiculous

Move move move you

A big cockroach alone in the dark

Move move move you

that's enough now one starts

Move move move you

 

On voudrait bien baisser les bras

Se laisser couler sous ce poids

Et puis cette conscience

Qui n'a plus de patience

Elle ne nous aide

Elle doute de soi

Submergé par tant de peurs, de jugements et de frayeurs

On se sent bloqué, comme immobilisé

Enfermé par son passé, dérangé par ses pensées

Des pensées si sombres qui font fuir notre ombre

Toi qui lutte aujourd'hui

Sans même un seul ami

Dis-toi que c'est en partant seul

Que tu ne seras plus jamais seul

 

You're tired of these stories

Move move move you

Your life will seem ridiculous

Move move move you

A big cockroach alone in the dark

Move move move you

that's enough now one starts

Move move move you

 

Oui ça va mieux

On va y croire

En nous et à cette vie d'espoir

Loin de ces doutes, de ces tourments

On va prendre un autre tournant

Chemin de la liberté

Direction sérénité

 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier

Chanson écrite le 06/08/2008 par Ingrid Barbier

 

De soleil et de lune

De soleil et de lune

L'une croit en la vie 
L'autre attend la mort 
L'une s'attend au bien 
L'autre défit l'humain 
 
L'une se prend au jeu  
de la course au mieux 
L'autre récite par coeur  
un contre au sort farceur 
 
Deux âmes si différentes  
et pourtant si proches 
Se sont données pour quête  
de combattre un mal-être 
 
L'une combat pour l'amour 
L'autre se bat contre la mort 
 
L'une pleurera en retour 
L'autre séchera ses larmes 
Dans une telle mission 
les amis sont des armes 
 
L'une apprendra en chemin 
qu'il existe des êtres inhumains 
L'autre réalisera en route 
que l'agressivité vient de ses doutes 
 
A force d'avoir eu mal 
L'une a banni le mal 
En quête pour le pardon des âmes 
Elle se fera pourtant bien mal 
 
A force de verser des larmes 
L'autre a choisi la hargne 
La riposte avant l'attaque 
Son armure n'est pourtant pas intacte 
 
L'une avait trop confiance 
L'autre a perdu patience 
Ensemble elles vont se battre 
Pour ne plus avoir mal 
 
Ayant appris l'une de l'autre 
L'une apprit la méfiance 
Juste un peu par sûreté 
Sans pourtant s'enfermer 
 
S'étant comprises l'une et l'autre 
L'autre a baissé le mur 
Qu'elle bâtissait à mesure 
Pour chaque brique une blessure 
 
En quête pour le juste milieu 
Sans pour autant fuir le mieux 
Ces deux âmes romantiques 
Croient en la mort du tragique 
 
En route vers le meilleur 
L'une et l'autre ont compris 
Que pour y parvenir 
Il faut y croire encore 
 
Le meilleur est en nous 
Si l'on veut lui permettre 
De sortir sans querelles 
Il fera des merveilles 
 
Comment finir cette chanson 
que j'ai écrite pour nous 
Il suffit simplement 
que tu la chantes à ton tour 
 
Viens apporter à cette chanson lunaire 
Une touche de soleil 
 
 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 08/09/2008 par Ingrid Barbier 

Immaculée de lave

Immaculée de lave (Composition déjà réalisée, par David Villa, chanson en l'attente d'une interprète)

Je suis douce comme la pierre 
Aussi calme que la mer 
Je suis dure comme coton 
Stressée dans mon cocon 
 
Je suis vive comme l'hiver 
Aussi lente que l'éclair 
Je suis repos et fête 
Mi bruissante mi muette 
 
Le paradoxe défile sa bobine 
Sur ma trombine mi ange mi sanguine 
Mêlant de nature nuage et orage 
Associant légèreté et carnage 
 
Je raisonne et divague 
Aussi posée qu'une vague 
Je suis havre et tourmente 
Rassurante et piquante 
 
Je suis une bulle de nerfs 
Déterminée je erre 
Je suis une peste sage 
Immaculée de lave 
 
Le paradoxe défile sa bobine 
Sur ma trombine mi ange mi sanguine 
Mêlant de nature nuage et orage 
Associant légèreté et carnage 
 
Je suis méchante altesse 
Une princesse qui agresse 
Je suis diplomate franche 
De la finesse en tranche 
 
Je suis méfiante amie 
Joyeusement aigrie 
Je suis fin et exorde 
Entre j'aime et j'abhorre 
 


 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 05/05/2009 par Ingrid Barbier

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site