Toile

Toile

Je n’ai pas peur, c’est juste que je m’écœure 
D’heure en heure, je tisse ma pâle noirceur 
Je m’agrippe, je ruse, je fric 
Peu importe si l’air pu le toxique 
 
Chancelante, je suis piégée, je m’étrangle 
Mon eau se trouble et mes membres tremblent 
 
Ce n’est plus mon monde, juste une toile immonde 
Chaque seconde, je gronde, je broie, j’inonde 
C’est le comble, la nature s’enterre, s’effondre 
L’hécatombe, je tisse ma propre tombe 
 
Refrain : 
Planète déchet 
La mappemonde en rejet 
Gangrenés, on s’regarde crever 
 
Mes larmes ne pourront rien changer 
Mes enfants ne connaitront jamais 
 
Le monde que j’ai connu 
Amputation, sacrifices, pollution 
La vie nous tue 
 
La nature est devenue une injure 
La dénature, une urne à gageure 
 
Pour quelques folies amères et passagères 
J’ai suivi le mouvement planétaire 
 
Pourtant loin de tout accueil 
Je mourrai seule entre ma honte et mon fauteuil 
 
Refrain (x2) : 
Planète déchet 
La mappemonde en rejet 
Gangrenés, on s’regarde crever 
 


 
 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 28/06/2010 par Ingrid Barbier 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site