Trentenaires

Trentenaires (Composition déjà réalisée, par Claude Castro, chanson en l'attente d'un groupe)

Trentenaires on s'enterre 
Avant d'être centenaires 
Trentenaires on se perd 
A être les aînés de nos pères 
Trentenaires on digère 
D'être le pont des générations sans repères 
 
Entre les jeunes robotisés 
Jusqu'à leurs danses aseptisées 
Et les aînés qui ne veulent plus parler 
Le fossé s'est créé 
Même leur langage s'est éloigné 
 
Trentenaires on s'enterre 
Avant d'être centenaires 
Trentenaires on se perd 
A être les aînés de nos pères 
Trentenaires on digère 
D'être le pont des générations sans repères 
 
Reste les trentenaires comme messagers 
Quand ils ne servent pas de boucliers 
En décodeurs de déconeurs 
En médiateurs de deux mondes guetteurs 
La passion n'a pas lâché 
 
Trentenaires on s'enterre 
Avant d'être centenaires 
Trentenaires on se perd 
A être les aînés de nos pères 
Trentenaires on digère 
D'être le pont des générations sans repères 
 
Entre les internés d'une vie rangée 
Et les internautes d'une toile branchée 
Entre les lettrés camisolés 
Et les SMeurs acharnés 
Les trentenaires frôlent la déraison 
Goûte au supplice de la dépression 
A la recherche d'une île où se perdre 
De leur quotidien mettre un terme 
Le coeur lourd et le verbe haut 
L'âme en mal de jour par le fardeau 
Les trentenaires sont dépassés et paumés 
Comme une pomme dans un champ de  
blé 
 
 


 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 13/09/2009 par Ingrid Barbier 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×