Textes - Thème : Amour

Chrystal

Chrystal (Composition déjà réalisée, par Claude Castro, chanson en l'attente d'un groupe)

 

Sauvage mais sociable tu souriais

Aux passants qui te regardaient

Cachée dans l'ombre tu observais

La vie qui sous tes yeux défilait

 

Tu étais la plus réservée

Mais tu es celle que j'ai remarqué

Comme si tu n'osais t'avouer

La splendeur qui se dégageait

 

De tes yeux de ton âme

Sculptés dans du chrystal

De ta voix de ton charme

Gravés sur le marbre

Comme toutes ces grandes dames

Qui se sentent banales

Tu fais pourtant la joie

Mais tes larmes te noient

 

J'ai tant attendu ce sourire

Qu'aux inconnus tu voulais offrir

Quand devant toi je suis passé

Tu t'es fermée, tu m'as ignoré

 

Espérant ce sourire

Souhaitant te faire rire

De mon âme à ton âme

Il a fallu que je rame

Pour décrocher la palme

Pour que tu te pames

Comme une perle de chrystal

Et ne plus mettre les voiles

 

Je ne te connaissais même pas

Mais je t'assure que ce soir-là

J'ai cru perdre une partie de moi

Que je voulais retrouver dans tes bras

 

De tempêtes en naufrages

On a frôlé le carnage

De caresses en dégage

La passion est coriace

De je t'aime en je fuis

J'ai cru que c'était fini

Mais le plus important

C'est qu'on s'aime vraiment

 

De tempêtes en naufrages

On a frôlé le carnage

De caresses en dégage

La passion est coriace

De je t'aime en je fuis

J'ai cru que c'était fini

Mais le plus important

C'est qu'on s'aime vraiment

 

Enfin tu m'as ouvert cette porte

Et maintenant tu te sens plus forte

D'avoir enfin osé sourire

Au bonheur, à l'amour, à la vie

 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier

Chanson écrite le 14/10/2009 par Ingrid Barbier

Monada

Monada (Texte écrit pour Phon'éthique)

 

1

Loin des contrées habituelles

Tu flanes sur elle

Tu parcours du bout des doigts

Ta Monada

Aussi sauvage que réelle

Tu te rappelles

La découverte hermosa

Monada

 

Refrain

Sur l'archipel de la reine

Tu contemples

Toutes ses régions souveraines

Les contours du temple

Et tu parcours tout son Moa

Les yeux clos

Tu n'en reviens pas

Même pour un magot

Tu ne bougeras pas

C'est Monada ton

Tesoro

 

2

Sur la plage de Santiago

En nymphe des eaux

Elle émerge des flots sans fards

Ton regard

Amoureusement salé

L'attrape, charmée

Elle se dérobe dans un jeu

Malicieux

 

3

Elle court et son rire la suit

Toi aussi

Dans sa saga de l'amour

Et sans détour

Elle t'offre le premier rôle

Paroles d'or

Pour une vie aux mille trésors

 

Refrain

Sur l'archipel de la reine

Tu contemples

Toutes ses régions souveraines

Les contours du temple

Et tu parcours tout son Moa

Les yeux clos

Tu n'en reviens pas

Même pour un magot

Tu ne bougeras pas

C'est Monada ton

Tesoro

 

4

Et tu l'écoutes elle chantonne

Playa Ancon

Doucement tu tiens sa main

Et serein

Ton sourire se mêle au chant

Naturellement

Tu l'aimes tellement ta guapa

Monada

 

5

Et tu te frottes la mâchoire

Quelle histoire

Le bonheur te broie les joues

Mais quel jaloux

Tout cela est dérisoire

Et ce soir

Tu prends le risque d'être heureux

Sans adieux

 

Refrain

Etoiles de mer pour témoins

Tu t'engages vers le chemin

D'une ambition fusionnelle

D'un engagement bien réel

Eternel

 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier

Chanson écrite le 17/07/2009 par Ingrid Barbier

 

Je me libère

Je me libère

De la douceur plein les yeux  
Et du charme dans les mots  
Il m'emmène vers des cieux  
Où je me libère de l'étau  
M'ayant condamné à l'oubli  
Comme si je n'y avais pas droit  
A cet amour infini 
Qui désormais me tend les bras  
 
J'ai souvent rêvé éveillée  
Imaginé ses attentions 
Voulant croire qu'il existait  
Bien plus présent qu'une passion  
J'ai souvent songé effrayée  
Que je n'en étais pas digne 
De pouvoir un jour rencontrer 
Lui, pour qui à la vie je signe 
 
De la douceur plein les yeux  
Et du charme dans les mots 
Il m'emmène vers des cieux 
Où je me libère de l'étau 
 
Avec lui je sais ce qu'est vivre 
Il lit en moi sans avoir peur 
Sans gêne ni haine, je me livre 
L'ennui ne guette pas nos heures 
La confiance a trouvé sa place 
Sans avoir besoin de lutter 
Avec lui, je ne suis plus lasse 
Sans détour, j'ose enfin aimer 
 
De la douceur plein les yeux  
Et du charme dans les mots 
Il m'emmène vers des cieux 
Où je me libère de l'étau 
 


 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 21/04/2009 par Ingrid Barbier

Paradoxales

Paradoxales (Texte réservé)

Dis-moi je t'aime mais pas trop fort 
Fais-moi rire mais pas de toi 
Serre-moi fort mais ne m'écrase pas trésor 
Pense à moi mais ne fais pas que ça 
Fuis les tabous mais ne me dis pas tout 
Sois fougueux mais sois mon tendre amoureux 
Sois respectueux mais pas à mes genoux 
Sois farceur mais ne joue pas avec mon honneur 
 
Mes envies te semblent paradoxales 
Mais toute une cohérence s'installe 
Prend-moi toute entière et évite de te taire 
Fuis l'entre-deux et l'impression d'être vieux 
 
Sois patient mais ose prendre de mon temps 
Prend des risques mais pas celui de me perdre 
Sois joueur mais ne chahute pas mes heures 
Sois taquin mais surtout pas moqueur 
Sois gentil mais ne sois pas soumis 
Fais des choix mais ne domine pas 
Agis mais ne choisis pas pour moi 
Engage-toi mais ne nous emprisonne pas 
 
Mes envies te semblent paradoxales 
Mais toute une cohérence s'installe 
Touchons le feu mais pas seulement des yeux 
Basculons à deux sur le chemin des cieux 
 
 
Mes envies te semblent paradoxales 
Mais toute une cohérence s'installe 
Prend-moi toute entière et évite de te taire 
Fuis l'entre-deux et l'impression d'être vieux 
 
Mes envies te semblent paradoxales 
Mais toute une cohérence s'installe 
Touchons le feu mais pas seulement des yeux 
Basculons à deux sur le chemin des cieux 
 
 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 08/02/2009 par Ingrid Barbier

Sans toi

Sans toi

Une oeuvre inachevée 
Un miroir sans reflet 
Un coffre sans clef 
Une âme esseulée 
 
Une fleur sans pétales 
Une nuit sans étoiles 
Un bateau sans voile 
Un peintre sans toile 
 
Un ciel sans couleurs 
Un parfum sans odeur 
Une lune sans lueur 
Une vie sans heures 
 
Un fruit sans goût 
Un visage sans bouche 
Un piano sans touches 
Une conjugaison sans "nous" 
 
Un artiste sans muse 
Un renard sans ruse 
Un espoir qui s'use 
Un jeu qui jamais n'amuse 
 
Une galette sans fève 
Un arbre sans sève 
Adam sans Eve 
Un souhait sans rêve 
 
Un ange sans ailes 
Une mer sans sel 
Une abeille sans miel 
La lune sans le soleil 
 
La vie sans toi me parait 
Incomplète, fade, incolore 
La vie sans toi  
Est sans saveur 
La vie sans toi me parait 
Incomplète, fade, incolore 
La vie sans toi 
Est sans chaleur 
 


 

©Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 29/03/2009 par Ingrid Barbier 
(d'après une réflexion poétique que j'ai écrite le 28/12/1999)

La source de ma vie

La source de ma vie

 
Quand je t'ai rencontré 
Mon coeur s'est accosté 
Il n'avait jamais voyagé 
Mais il n'a plus voulu bouger 
Poser l'ancre à ton port 
Et te dévorer des yeux encore et encore 
C'est mon voeux le plus cher 
Ma fierté, mon repère 
 
Tu es la source de ma vie 
Mon idylle, ma chérie 
Avec toi pour la vie 
Et jamais désunis 
 
Je rêvais de ton corps 
Découvrir ce trésor 
Premièrement exilé 
Je n'ai pas abandonné 
Ta conquête fut ma quête 
Ma raison d'être, ma planète 
Te perdre aurait été un calvaire 
Succédé de galères 
 
Tu es la source de ma vie 
Mon idylle, ma chérie 
Avec toi pour la vie 
Et jamais désunis 
 
Tous les jours c'est la fête 
Tu m'obsèdes, tu m'entêtes 
Tu es un feu de joie 
Qui me met en émoi 
Je t'aime depuis  
Le tout premier jour 
Et mon amour 
C'est pour toujours 
 
Tu es la source de ma vie 
Mon idylle, ma chérie 
Avec toi pour la vie 
Et jamais désunis 
 
Et quand nous serons vieux 
Que nos rides nous feront pleurer de rire 
Ces larmes seront le témoin de notre doux séjour 
Le sel de notre amour 
Je vivrai près de toi ma belle 
Envahi de la sereine pensée de t'avoir toujours aimé 
Je resterai à quai près de toi ma reine 
Repensant à toutes ses heures de suprême bonheur 
 
 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier 

Chanson écrite le 09/01/2009 par Ingrid Barbier

Lasse

Lasse

Je me lasse 
Tu me glaces 
Pas de place 
Je m'efface 
 
Je veux que l'on m'enlace 
Et non que l'on m'enlaisse 
A trop vouloir tes bras 
Je me sens prise au piège 
 
Je me lasse 
Tu m'agaces 
Quelle angoisse 
Oui je trace 
 
Je veux du fusionnel 
Mais pas que l'on m'oublie 
L'union des cœurs c'est bon 
Mais moi j'existe aussi 
 
Je rêve du prince charmant ? 
Des mots doux redondants ? 
Le cœur au bord des dents ? 
Non ça c'était avant 
Moi je veux du défaut 
Un truc qui sonne pas faux 
Je veux me sentir bien 
Assez bien pour demain 
Que l'on vivrait à deux 
Sans peur de se sentir vieux 
Que l'on vivrait à deux 
Complices et amoureux 
 
Je me fâche 
Tu m'enlaces 
mmm... 
Pas de place 
Pour la casse 
 
Je m'engage 

 

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier

Chanson écrite le 29/03/2013 par Ingrid Barbier

Plan A

Plan A (Texte réservé par Plume)

Travelling optique jusqu’au déclic 
Drame fantastique je suis séduite 
Je clape j’enrôle ton charme m’agrippe 
Panorama tu rimes et tilt 
 
Ça tourne, plan A 
De mon âme à ton aura 
L’amour défile sans caméra 
De ta fougue à mon émoi 
Les corps s’animent sans un blabla 
 
Nos corps se jouent du contre-jour 
Jour après jour et sans détour 
Le film, ce nous, échappe à tout 
Fusion, chaleur qui nous rend doux 
 
Ça tourne, plan A 
De mon âme à ton aura 
L’amour défile sans caméra 
De ta fougue à mon émoi 
Les corps s’animent sans un blabla 
 
Je plonge et songe à perdre l’heure 
Tu touches ma bouche, prolonges l’ardeur 
De toi à moi et sans frayeur 
Et sans un cut, tu réveilles mon cœur 
 
Ça tourne, plan A 
De mon âme à ton aura 
L’amour défile sans caméra 
De ta fougue à mon émoi 
Les corps s’animent sans un blabla 

 

Auteur / Texte : Ingrid Barbier

Compositeur / Musique : David Villa

© Tous droits réservés par Ingrid Barbier

Chanson écrite le 02/03/2011 par Ingrid Barbier

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site